1% des Belges ne va pas chez le docteur

1 Belge sur 100 ne va pas chez le docteur pendant 5 années consécutives

7% des Belges ne vont jamais chez le médecin généraliste ou le dentiste,  ne font pas d’examens médicaux, ne fréquentent pas l’hôpital… On les appelle les « non-utilisateurs de soins ». Qui sont-ils ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Sont-ils vraiment en bonne santé ? Les Mutualités Libres se sont posé ces questions dans une étude inédite à ce jour.

Dans une précédente étude sur la consommation de soins en Belgique*, les Mutualités Libres constataient que 7% des Belges ne font pas appel aux services de santé (consultations, analyses sanguines, etc). Jouissent-ils d’une santé éclatante ? Ou bien ont-ils d‘autres raisons pour ne pas se soigner ? Une nouvelle étude des Mutualités Libres a tenté de cerner le profil de ceux qui ne vont pas « chez le docteur ».  On y apprend notamment qu’1 personne sur 100 ne va pas voir de médecin pendant 5 années consécutives.

Homme, jeune, célibataire, indépendant et bruxellois  

L’analyse a permis de dresser le profil type du non-utilisateur de soins en mettant en évidence les facteurs qui augmentent les probabilités de ne pas se soigner. Notamment :

  1. • Le sexe – Les hommes sont plus nombreux à ne pas se soigner que les femmes: ils représentent 68% des non-utilisateurs de soins alors que dans la population générale, ils sont 49%. Ce constat est valable pour toutes les tranches d’âge.
  2. • L’âge – Les non-utilisateurs de soins sont significativement plus jeunes que le reste de la population : 32 ans en moyenne (contre 39 ans pour l’âge moyen de la population). Mais globalement, c’est entre 20 et 40 ans que l’on fait le moins appel aux services de santé.
  3. • L’état civil – Dans 59% des cas, les personnes qui ne consultent pas de médecin sont des célibataires. Par contre, le fait d’être marié augmente la probabilité de prendre soin de sa santé.
  4. • Le statut professionnel – 24 % des travailleurs indépendants ne font pas appel aux services de santé. Plus interpellant encore : un indépendant sur trois ne consulte jamais de médecin pendant 5 années consécutives !
  5. • Le lieu d’habitation – C’est à Bruxelles que l’on recense le plus de personnes qui ne se soignent pas :  la proportion des habitants de la capitale parmi les non-utilisateurs de soins est 1,6 fois plus élevée que parmi la population totale. De manière générale, c’est dans les communes à revenus médians faibles que l’on retrouve le plus de non-utilisateurs de soins.

Pourquoi s’intéresser à cette population ?

A priori, on pourrait penser que les non-utilisateurs de soins sont en excellente santé et n’ont donc pas besoin de consulter un prestataire de soins. Mais les choses ne sont pas aussi simples. Ces personnes ne sont peut-être pas malades et c’est tant mieux, mais elles ne font pas non plus de prévention remboursée : pas de visite de contrôle chez le dentiste, pas de vaccins, pas de check-up chez le gynécologue, etc. Ceci risque d’avoir un impact à long terme sur leur état de santé et les coûts des soins de santé. Des campagnes de prévention et de sensibilisation devraient inciter la population à prendre encore mieux soin de sa santé au quotidien. C’est particulièrement le cas pour les indépendants dont  le comportement diffère de celui des salariés alors qu’ils bénéficient des mêmes remboursements pour leurs soins de santé.

*« Concentration des dépenses en soins de santé, 2012 ».  Etude à télécharger sur www.mloz.be

About The Author

Related posts