Les Belges de plus en plus nombreux à se faire soigner à l’étranger

Selon les données des Mutualités Libres, les Belges sont 20% plus nombreux à s’être rendus dans un Etat membre européen pour se faire soigner depuis 2011.

Les pays les plus prisés sont nos voisins directs, parmi lesquels l’Allemagne est la plus populaire. Mais nos concitoyens ne sont pas toujours bien informés de leurs droits en ce qui concerne le remboursement de ces traitements, avec quelques mauvaises surprises à la clé !

Le dernier Eurobaromètre révélait que 22% des Belges sont disposés à se rendre à l’étranger pour des soins médicaux. Les chiffres des Mutualités Libres, qui représentent plus de 2 millions de Belges, confirment cette tendance. C’est ainsi qu’en 2014, 3.445 de nos concitoyens ont passé la frontière pour consulter un médecin ou se procurer des médicaments (+5% par rapport à 2011). Dans la plupart des cas, il s’agit de traitements ambulatoires qui ne nécessitent pas l’accord de la mutualité. Le nombre de dossiers d’hospitalisations et de traitements ambulatoires coûteux a augmenté de 39% (276 dossiers) par rapport à 2011. Pour ces soins médicaux, un accord préalable de la mutualité est nécessaire. Le projet transfrontalier IZOM entre la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne a de son côté entraîné la plus forte augmentation de déplacements avec 29% de dossiers supplémentaires (6.618 dossiers). Au total, le nombre de Belges qui se sont déplacés à l’étranger pour des soins a augmenté de 20% en 4 ans.

L’Allemagne caracole en tête

Dans presque 8 dossiers sur 10, les Belges se rendent en Allemagne pour se faire soigner. Cette tendance s’explique principalement par le projet IZOM qui permet aux assurés des provinces du Limbourg et de Liège de consulter des spécialistes étrangers dans les régions frontalières néerlandaise et allemande grâce à un formulaire spécifique. Les Belges des Cantons de l’Est sont les plus nombreux à avoir utilisé cette possibilité, en raison de la langue et de la proximité. L’afflux vers les autres pays voisins est quant à lui plus limité : 11% vers la France, 5% vers les Pays-Bas et 5% vers le Luxembourg.

Remboursement… ou pas ?

Selon le dernier Eurobaromètre, 67% des Belges pensent qu’ils ont droit à un remboursement des traitements médicaux à l’étranger. Mais la réalité est bien plus nuancée ! « Nos données montrent qu’une personne qui se fait soigner à l’étranger sans l’accord de la mutualité et demande ensuite un remboursement ne recevra en moyenne qu’un tiers du montant des frais médicaux. Le reste de la facture reste à charge de l’assuré. Pour éviter les mauvaises surprises financières, il est donc recommandé de contacter la mutualité pour s’informer des possibilités et donc des risques », prévient Christian Horemans, Expert Affaires internationales des Mutualités Libres.

Impact limité de la directive européenne

Fin 2013, la directive européenne relative aux soins transfrontaliers est entrée en vigueur. Son impact sur l’afflux des Belges à l’étranger a été faible.  En cause ? « Des conditions strictes sont toujours d’application et les assurés ne sont probablement pas encore suffisamment informés, explique Christian Horemans. L’Eurobaromètre révèle ainsi que 39% des Belges ne savent pas qu’ils peuvent également utiliser leurs prescriptions belges dans les pharmacies étrangères depuis l’entrée en vigueur de cette directive. »

Plus d’info : Christian Horemans, Expert Affaires internationales des Mutualités Libres : 0473/88.17.49  – christian.horemans@mloz.be

A propos de l’Union Nationale des Mutualités Libres

Les Mutualités Libres regroupent 6 mutualités : OZ, Securex Mutualité Libre, Partena Ziekenfonds, Omnimut, Partenamut, Freie Krankenkasse.

Avec plus de 2 millions d’affiliés, les Mutualités Libres constituent le troisième plus grand organisme assureur du pays. Les Mutualités Libres se portent garantes d’un service de qualité dans le cadre de l’assurance obligatoire et des services complémentaires, adapté aux exigences et aux besoins de la société actuelle.

About The Author

Related posts